Jeudi 7 février 2013 tagActeurs

FÉDÉRATION FRANÇAISE D’HALTÉROPHILIE, MUSCULATION, FORCE ATHLÉTIQUE ET CULTURISME

  • PARTAGEZ SUR

Trois questions à… Philippe Geiss, professeur de sport, conseiller technique national placé auprès de la Fédération Française d’Haltérophilie, Musculation, Force Athlétique et Culturisme (FFHMFAC), sur la charte d’engagement contre le dopage “Mon club se mobilise !”

Pouvez-vous nous présenter la charte d’engagement contre le dopage “Mon club se mobilise !”, initiée par le ministère des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et de la Vie associative et la Fédération Française d’Haltérophilie, Musculation, Force Athlétique et Culturisme (FFHMFAC) ?
Philippe GeissConcernant la lutte contre le dopage, la Fédération Française d’Haltérophilie, Musculation, Force Athlétique et Culturisme était surtout concentrée sur le public « compétiteurs », avec quelques actions de prévention vers les jeunes, lors des stages, et vers les Equipes de France. Mais le sport santé fait également partie des priorités de la fédération et le ministère lui a demandé d’être pilote dans une action de prévention du dopage qui, pour la première fois, s’adresse au public dit “loisir”. Soit plus de 4 millions de pratiquants. Des conduites dopantes ou pré-dopantes sont parfois observées dans les salles de remise en forme, même pour des pratiquants ne participant à aucune compétition. En tant que professeur de sport, j’ai par exemple pu me rendre compte à quel point la prise de compléments alimentaires s’était banalisée pour les jeunes, en raison notamment de la possibilité pour eux de se procurer des produits via internet, y compris à l’étranger. D’ailleurs, la plupart demandent ce qu’il faut prendre pour être performant et avoir des muscles, avant même de commencer à s’entraîner ! L’objectif de cette charte, dans laquelle figurent des articles du code du sport, est donc de sensibiliser les clubs affiliés à la FFHMFAC à la lutte contre le dopage par un engagement volontaire de tous les acteurs : dirigeants, éducateurs/animateurs mais aussi adhérents.

Quelle est la procédure mise en place ?
La FFHMFAC a envoyé la charte à ses 550 clubs affiliés. La décision d’y adhérer ou non est à l’initiative des élus des clubs. Elle engage les dirigeants mais aussi les éducateurs ou animateurs du club et les adhérents qui doivent tous la ratifier. Le club et ses dirigeants s’engagent ainsi à proscrire l’utilisation des produits ou méthodes dopantes, à ne vendre des compléments et autres denrées alimentaires destinés aux sportifs qu’à la condition que ceux-ci possèdent la norme AFNOR NF V 94-001 ou encore à avertir les autorités compétentes, des trafics de produits qui pourraient avoir lieu en son sein. Les éducateurs du club s’engagent pour leur part à informer sur les bonnes pratiques (entrainement, diététique, récupération,...) permettant une progression sportive naturelle, sans avoir recours aux produits dopants ou encore à informer sur le fait que ces bonnes pratiques permettent de limiter, voire de supprimer, la prise de compléments alimentaires. Ils doivent également évoquer les risques des produits et méthodes dopantes sur la santé. Enfin, les adhérents du club s’engagent à ne pas prendre de produits dopants, en signant le formulaire d’adhésion au club, sous peine d’exclusion et de poursuites judiciaires et à ne pas vendre de compléments alimentaires ou de produits dopants dans l’enceinte du club.

Quels sont les avantages prévus pour les clubs signataires de la charte ?
Les clubs signataires reçoivent des outils de prévention du dopage (affiches, DVD) et sont mis en valeur sur le site internet de la fédération. Cette démarche apporte l’assurance, notamment aux parents d’enfants qui les fréquentent, que les adhérents ne seront pas en contact avec des réseaux de trafics de produits illicites et dopants. Une lettre est également envoyée aux maires des communes concernées, aux collectivités territoriales pour signaler leur engagement. Notre objectif désormais est de pérenniser cette action, de mettre en place des actions de prévention, notamment avec les médecins des directions régionales et de créer des outils spécifiques de prévention encore plus adaptés.
Jeudi 7 février 2013 tagActeurs
  • PARTAGEZ SUR
Newsletter
  • févr. 2013
    Lettre d'information du ministère des Sports, de la Jeunesse, de l'Éducation populaire et de la Vie associative #1 - Février 2013 [Lire la Newsletter]
Sur le même sujet
  • Mercredi 9 mars 2016
    THIERRY BRAILLARD AUX MONDIAUX DE CYCLISME SUR PISTE [lire l'actu]
  • Mercredi 2 mars 2016
    GARANTIE JEUNES : DÉPLACEMENT DE PATRICK KANNER DANS LES ARDENNES [lire l'actu]
  • Mercredi 24 février 2016
    LE SPORT AU SERVICE DE LA CITOYENNETÉ [lire l'actu]
  • Jeudi 18 février 2016
    PRIX ANACEJ DES JEUNES CITOYENS 2016 [lire l'actu]
  • Vendredi 12 février 2016
    AIDE A L'EMBAUCHE POUR LES NOUVEAUX SALARIÉS : UN DISPOSITIF OUVERT AUX ASSOCIATIONS [lire l'actu]
Voir toutes les actus